France Orgue, orgues electroniques numeriques liturgiques
 
 Accueil  Johannus  Monarke  Viscount  Orgues d'occasion  Contact  Mon compte 

NOUVELLE
TECHNOLOGIE


Johannus Live III


  France Orgue
  Accueil
  Avis
  Installations
  Produits clés
  Nouveautés
  Contact

  Documentation
  Les marques
  Orgues Johannus
  Orgues Monarke
  Orgues Viscount
  Orgues d'occasion
  Accessoires
  Fiches
  Liste des prix
  Recherche
  Comparatif
  Financement

  Technique
  L'harmonisation
  HarmoniZ v2,1
  Orgues numériques
  Principes 
  L'échantillonnage 
  Technique 
  Exemple chiffré
  Orgues analogiques
  Photos
  Mentions légales

  Mon compte

France Orgue
04 84 25 38 21
05 64 11 09 71
fax : 09 72 13 08 13
- sur rendez-vous -

  Exemple chiffré

Rapide calcul avec le cas suivant :
- les échantillons sont mémorisés à pleine échelle sur 16 bits, en utilisant toute la dynamique disponible.
- un orgue de 32 jeux , soit une extension de la dynamique de 5 bits (g=20.log(2^n)=30 dB)
- polyphonie de 16 notes, soit une extension de la dynamique de 4 bits maximum (24 dB)
- dynamique de réglage de volume codée sur 6 bits (36 dB)
- l'orgue possède un convertisseur numérique-analogique

Dynamique totale nécessaire : d = 16 + 5 + 4 + 6 = 31 bits

Dans cette configuration, la dynamique des calculs internes et du convertisseur devrait être théoriquement de 31 bits si on ne veut perdre aucune donnée ni ajouter aucun bruit supplémentaire.

Cela étant impossible dans la réalité, on décide de perdre des informations dans la commande de volume et de multiplier le nombre de convertisseurs.

Avec 4 convertisseurs, cela fait 8 jeux à gérer, soit une dynamique de 3 bits : d = 3 + 16 + 4 = 23 bits
Cette configuration réaliste peut utiliser des calculs internes sur 24 bits et un convertisseur 20 bits en acceptant de perdre 3 bits de résolution.

Dans ce cas, la note d’un jeu seul s’écoute :
- à volume maximal sur d = 16 - 3 = 13 bits
- à volume minimum sur d = 16 - 6 - 3 = 7 bits

Pour gagner en résolution, une autre solution consiste à dissocier la partie de réglage du volume sur un étage à gain variable externe après les convertisseurs N/A. Dans ce cas, la résolution d’un jeu reste à 13 bits en permanence.

On est loin des chiffres parfois abusivement affichés dans certaines documentations sur lesquelles il n’est pas possible de s’appuyer pour évaluer la qualité sonore d’un instrument, car cela est trop simpliste.

D’ailleurs, bon nombre d’autres éléments interviennent dans le résultat sonore final :
- la linéarité des convertisseurs
- les algorithmes d’interpolation utilisés
- la qualité des amplificateurs
- la qualité des haut-parleurs

Au final, il est souvent bien plus intéressant de s’occuper de la qualité des haut-parleurs et des enceintes que du chiffrage des données techniques internes.




  Version classique   Version smartphone   Version imprimable   Mentions légales   © France Orgue 1999 - 2018